Grenelle de l'environnement ou pas, le problème de la pollution se pose mais ne peut se résoudre que dans un contexte économique .... qui s'impose à tous. Est-ce un prétexte pour ne rien faire ? Au contraire cela nous donne, à mon avis, le mode d'emploi à utiliser.

Le fer-routage ne marche pas, non parce qu'il ne fonctionne pas mais parce qu'il n'est pas économiquement viable dans les conditions actuelles.

Comment le rendre économiquement viable ?

Le fer routage nécessite d'important moyen d'infrastructure qui ne peuvent être rentabilisé que par son usage en masse. Probleme son usage est frainé par les greves à répétitions de la SNCF, par le manque de réseau, par le manque d'infrastructure, par son cout actuel face au transport routier. Cercle infernal dont on arrive pas à sortir.

La France est au carrefour de l'europe, pratiquement tous nos voisins communiquent entre eux en traversant la France. Pourquoi ? parce que nous avons de très bonne infrastructure.

Comment diminuer la circulation de camion sans baisser l'activité économique de ce secteur ?

Avez-vous déjà été en Suisse ? Si c'est le cas vous avez du constater que pour utiliser une autoroute suisse, il vous faut acheter une vignette ... annuelle. Peut importe que ça soit pour 1h ou pour 10 jours, vous devrez acheter cette vignette valable 1 an et relativement cher (surtout pour un voyage de quelques jours).

Première étape : vignette annuelle permettant le passage des camions sur le territoire français

C'est le premier moyen que j'envisage pour faire payer à l'ensemble des camionneurs français ou étranger la nuisance générée. Non parce qu'ils les utilisent (ça ce sont les péages) mais parce qu'il participe à la pollution du territoire. Cette étape permet de renchérir très légèrement le cout d'utilisation des transports routiers. Rappelons que l'objectif n'est pas d'augmenter le cout des transports (que nous payerons en tant que consommateur in fine) mais le seul cout du transport routier afin de provoquer une substitution vers le fer-routage. A moduler en fonction de la pollution dégagée par les camions ce qui permet de privilégier les transporteurs renouvelant leurs flottes et l'entretenant.

Deuxième étape : bourse de CO2

Mettre en place un droit à polluer qui nécessite l'achat de ce droit (bâton) et qui rapporte des droits à polluer revendable (carotte) lors de l'utilisation du fer-routage.

Troisième étape :suppression de la taxe flottante de Jospin pour les camions

Impact, rendre l'essence plus chère afin de lui préférer le fer. Augmenter les revenus des taxes de manière à financer le développement du fer-routage (nécessaire les premières années).

Reste deux choses à prendre en compte :

- le temps de travail des camionneurs : prendre en compte le temps passé en transit lors du fer-routage - la rémunération des sociétés de transport : le fer-routage est un concurrent à l'heure actuelle alors qu'il devrait être un moyen : reversement d'une commission sur le CA réalisé aupress de la SNCF, les transporteur deviendrait alors des clients direct de la SNCF.

votre avis ?